Il est temps de libérer les gabarits de routes et trottoirs

L’année que nous vivons est météorologiquement propices à certains végétaux, qui poussent comme rarement et envahissent dès lors l’espace public. Il n’est qu’à suivre certains tronçons de rues pour constater que malgré même les mesures parfaites prises ce printemps par leurs propriétaires, certaines plantations ont profité des averses quasi quotidiennes pour entamer depuis une croissance débridée…

 

Une affaire de sécurité

Pour d’évidentes questions de sécurité, en particulier celles des enfants, des piétons et des cyclistes en général, les haies et autres plantations bordant et surplombant des rues doivent être taillées régulièrement.

Afin d’assurer une visibilité optimale aux conducteurs de véhicules divers et de leur permettre de réagir à temps lorsque survient inopinément un usager plus fragile, les chemins, les routes et les trottoirs doivent en effet être dégagés de toute végétation.

Il en va de même pour les lampadaires, dont l’effet est nul s’ils sont entourés de feuillage.

 

 

En chiffres

Les services techniques rappellent aux propriétaires les normes chiffrées à respecter en procédant à la taille.

  • Les haies, buissons, cultures et autres arbres à basses tiges ne dépasseront pas 120 cm de hauteur, pour une distance à la route de 50 centimètres au minimum ; pour les plantations plus hautes : la distance à la route est augmentée de la différence entre la hauteur réelle et 120 cm (exemple : une haie culminant à deux mètres devra se trouver à 130 cm, au minimum, du bord de la route).
  • Important : aux endroits où la visibilité est réduite (virages serrés, carrefours, bâtiments proches, …), la végétation n’atteindra pas plus de 60 cm de hauteur.
  • Un profil légal doit impérativement être libéré de toute végétation, au-dessus d’une route communale : 4 m 50 au moins de hauteur, ceci jusqu’à 50 cm à l’extérieur de la route.
  • Le long des trottoirs, chemins piétonniers et pistes cyclables, ce profil doit atteindre 2 m 50 au moins en hauteur et 50 cm également à l’extérieur du cheminement.
  • Les distances sont différentes pour les arbres à haute tige (sapins, tilleuls, bouleaux, grands ornementaux, fruitiers de plus de 1 m 60). Dans ce cas, on calcule la distance à la route depuis le centre du tronc. Dans une zone résidentielle, cette distance devra être de 3 m au moins jusqu’au bord de la chaussée, ou de 1 m 50 jusqu’au bord extérieur du Le long des routes communales, des routes privées affectées à l’usage commun en dehors des zones résidentielles, cette distance devra être de 4 m au moins. Le long de pistes cyclables sises en dehors des zones résidentielles, cette distance est ramenée à 3 m depuis le bord de la piste.

 

Toutes ces mesures, qui peuvent paraître tatillonnes de prime abord, visent un seul but : augmenter la sécurité de chacun. Merci donc à tous les propriétaires fonciers de les mettre en pratique le plus rapidement possible.

En cas de doutes ou de questions, les services techniques de la commune vous renseigneront très volontiers. | cm