Le sourire malgré un découvert d’un demi-million au budget 2021

La commune de Péry-La Heutte a heureusement les moyens de traverser sans véritable dégât les obstacles dressés par la crise sanitaire

Le Conseil municipal s’est montré raisonnable, mais les prévisions tiennent compte des « effets Covid »

C’est à l’assemblée municipale dite du budget, qui sera réunie le 14 décembre prochain si les mesures sanitaires le permettent, que Gaëtan Hirschi, administrateur des finances, présentera en détails les prévisions 2021 de la commune. Celles-ci concluent à un découvert d’environ un demi-million de francs, mais sans que la santé de la commune ne soit mise en danger.

Sans excès

Le budget 2021 roule sur quelque 8,8 millions de francs, soit un peu moins que celui de l’exercice en cours (9 millions tout ronds). « Le Conseil municipal s’est montré raisonnable. Il a véritablement cherché à limiter les dépenses à l’essentiel », souligne l’administrateur des finances. Non sans préciser que l’excédent de charges prévu l’an prochain s’explique et était même attendu.

On rappellera que la quotité fiscale a été abaissée d’un demi-point  – ce qui correspond grosso modo à 150 000 francs de recettes -, avec effet au début de cette année. Le budget en a tenu compte, qui prévoit par ailleurs une diminution des recettes fiscales, inhérente aux effets de la crise sanitaire. « Cette baisse a été évaluée à 8 pour cent pour les personnes physiques et 10 pour cent pour les personnes morales. » Dans ce dernier domaine, les collectivités publiques ne savent pas vraiment à quoi s’attendre, étant entendu notamment que les entreprises pourront déduire davantage de frais, par exemple dans le domaine de la recherche et développement.

Sans entrer dans les détails, on relève par ailleurs une hausse continuelle des charges de l’aide sociale, lesquelles passeront la barre du million de francs l’an prochain et ne vont bien évidemment vont pas diminuer avec les effets de la crise sanitaire.

Jusqu’en 2023

On l’a dit plus haut, les excédents de dépenses sont attendus à Péry-La Heutte, qui vit une situation provisoire et connue : « Nous savions pertinemment que les découverts se succéderaient jusqu’en 2023, d’environ 100 000 francs au moins par exercice, amortissements obligent. Ce découvert est plus élevé l’an prochain en raison de la crise sanitaire, mais il ne met pas la santé financière de la commune en danger. »

La fortune de la commune permet en effet d’éponger ces excédents : les capitaux propres atteignent actuellement quelque 3,2 millions de francs, sans les Financements spéciaux précisons-le. « En 2024, lorsque la courbe s’inversera, cette fortune atteindra encore deux millions de francs. »

Des FS en bonne santé

On signalera que la masse salariale de la Commune continue de suivre une courbe légèrement descendante, en raison du rajeunissement du personnel.

Les comptes de l’eau, des eaux usées et des déchets sont parfaitement gérés, qui atteignent l’équilibre souhaité et bénéficient de réserves parfaitement suffisantes.

Au chapitre des pompiers, par contre, l’administrateur souligne que le financement spécial diminue rapidement. « Nous devons prélever chaque année des montants assez importants. A ce rythme, les réserves suffiront pour deux ans environ. Il faut donc trouver une solution pour réalimenter le fonds ad hoc. »

Le Conseil municipal a d’emblée exclu d’augmenter la taxe, sachant qu’une telle opération péjorerait les bas revenus, étant entendu que la taxe annuelle est plafonnée à 450 francs.

Par les impôts

Les autorités locales vont plancher sur le sujet ces prochains temps, elles qui chercheront tout d’abord à réaliser des économies et à optimiser le service, mais en gardant à l’esprit que cela ne suffira pas à long terme. « Il faudra sans doute se résoudre à financer partiellement le service de défense par les impôts », prévient Gaëtan Hirschi. Non sans rappeler que le travail assuré par les sapeurs bénéficie à toute la population et que la vie des habitants n’a pas de prix. | cm